Faute de volon­taires, des employés d’un refuge ont choisi de rester en quaran­taine avec les bêtes. Article original