Face à l’ab­sence d’herbe dans les pâtu­rages due à la séche­resse des sols, de nombreux agri­cul­teurs se sont réso­lus à nour­rir leurs bêtes autre­ment entraî­nant des frais supplé­men­taires. Tous ne peuvent pas béné­fi­cier du régime de cala­mité agri­cole. Article original