Cette instance offi­cielle a dénoncé les propos du président fran­çais dans un message publié sur la page Facebook de la prési­dence algé­rienne. En cause : le discours d’Emmanuel Macron sur la liberté de publier des cari­ca­tures, prononcé le 21 octobre lors de l’hom­mage à Samuel Paty. Article original