L’Organisation des moud­ja­hi­dines consi­dère que la révi­sion des rela­tions bila­té­rales est “une prio­rité” et “une respon­sa­bi­lité natio­nale” et qu’il est urgent de “réflé­chir sérieu­se­ment à une évalua­tion de tous les aspects”. Article original