L’Autorité de la concur­rence a décidé, mercredi, de ne pas pour­suivre l’en­tre­prise améri­caine, malgré les risques qu’elle profite du succès de ces appli­ca­tions gratuites pour vendre davan­tage de conte­nus payants. Article original