Le fonc­tion­ne­ment de cette appli­ca­tion, encore à l’état embryon­naire, n’a été que succinc­te­ment évoqué par le secré­taire d’Etat au Numérique dans la pers­pec­tive d’une sortie du confi­ne­ment. Mais elle se rapproche du système de surveillance utilisé à Singapour et découle d’une initia­tive euro­péenne dont on connaît davan­tage les contours. Article original