Ils avaient refusé le projet de nouvelle consti­tu­tion le 4 septembre dernier. Mais les Chiliens souhaitent que les discus­sions conti­nuent, même s’ils peinent à se mettre d’ac­cord sur les règles d’écri­ture de ce nouveau texte. Article original