Selon une règle isla­mique inscrite dans la loi du pays, les filles héritent de la moitié de la part du fils. Alors que ce débat de société s’en­gage dans le royaume, les femmes se montrent plus conser­va­trices que les hommes. Article original