Le président Azali Assoumani règne sans partage sur l’ar­chi­pel des Comores. Une dicta­ture aux yeux de l’opposition pour qui l’attentat est une mani­pu­la­tion. Article original