“La phase 1, c’était vrai­ment des ajus­te­ments de court terme et ce sont les plus précaires qui ont payé la facture, c’est-à-dire les CDD et l’in­té­rim. La phase 2 sera plus sur des emplois plus durables”, prédit l’éco­no­miste de l’OFCE. Article original