Après la défaite de Jair Bolsonaro lors de l’élec­tion prési­den­tielle brési­lienne face à Lula, dimanche 30 octobre, certains de ses parti­sans les plus radi­caux exigent un coup d’État de l’ar­mée. Article original