L’exécutif, accusé par les oppo­si­tions de “passer en force”, a conservé une centaine d’amen­de­ments, pour un coût addi­tion­nel évalué à 700 millions d’eu­ros. Article original