Si le cas de l’hy­droxy­chlo­ro­quine est le plus emblé­ma­tique, une partie de la commu­nauté scien­ti­fique s’in­quiète plus large­ment de la commu­ni­ca­tion parfois préma­tu­rée des cher­cheurs et du manque de prudence des médias. Article original