Cet essai théra­peu­tique lancé en France, dans l’espoir de réduire l’inflammation pulmo­naire, porte sur des anti­corps déjà utili­sés pour soigner d’autres patho­lo­gies, comme le syndrome de Guillain-Barré et pour des états infec­tieux graves. Article original