L’ex-patron de l’al­liance Renault-Nissan estime, dans un entre­tien au Parisien, que sa liberté de circu­la­tion n’est pas garan­tie. Il souhai­te­rait être audi­tionné au Liban, où il a été exfil­tré en décembre 2019. Article original