Moteur du système écono­mique chilien, le fonc­tion­ne­ment des retraites oblige les travailleurs à verser 10% de leur salaire sur un compte indi­vi­duel géré par des AFPs, des orga­nismes finan­ciers privés char­gés de les faire fruc­ti­fier. Article origi­nal