Un réseau inter­na­tio­nal est à l’origine d’une fraude massive au chômage partiel. En subti­li­sant le numéro de SIRET des entre­prises, les malfrats ont détourné l’argent de l’État pour le placer sur des comptes à l’étranger. Article origi­nal