Alertée par les syndi­cats de l’en­tre­prise, une inspec­trice du travail est venue contrô­ler le centre d’ap­pels télé­pho­niques ange­vin de Coriolis. Ses conclu­sions sont édifiantes. Article original