Les postes de saison­niers sont restés vacants à cause du confi­ne­ment et de la ferme­ture des fron­tières. Dans cette exploi­ta­tion des Bouches-du-Rhône, ce sont habi­tuel­le­ment des Marocains qui effec­tuent l’éclair­cis­se­ment des pêchers. Article origi­nal