Les personnes ayant des reve­nus modestes ont subi de plein fouet les baisses de salaires provo­qués par le chômage partiel. Les ouvriers ont ainsi été les plus concer­nés : 43% d’entre eux contre 34% des cadres. Article origi­nal