Même si le confi­ne­ment est là pour nous proté­ger, il nous bous­cule égale­ment. Et ce n’est pas sans consé­quence. Driss Boussaoud, direc­teur adjoint de l’Institut de neuros­cience des systèmes, au sein de l’INSERM et de l’uni­ver­sité Aix-Marseille, explique que les cerveaux sont cham­bou­lés par cette période. Article origi­nal