La Société maro­caine de pédia­trie appelle à prendre en compte “l’im­pact psycho­lo­gique et le trau­ma­tisme qui en découlent”. Article origi­nal