Le “projet terro­riste” visait à conta­mi­ner les agents des forces de sécu­rité. Le Parquet anti­ter­ro­riste s’est saisi de l’af­faire. Article origi­nal