Les restau­rants déjà fragiles ne sont pas prio­ri­taires pour avoir un prêt garanti par l’État, fait valoir le cuisi­nier. Article original