L’inquiétude gran­dit chez les agri­cul­teurs du Vaucluse à l’aube de la pleine saison des récoltes. Face à la pénu­rie de main‑d’oeuvre quali­fiée, ils attendent avec impa­tience l’ouverture des fron­tières pour accueillir les saison­niers étran­gers. Article original