Le député du Nord et porte-parole du Rassemblement natio­nal pose deux condi­tions pour la mise en place du tracking : “garan­tir la confi­den­tia­lité des données, le droit aux Français” et “une vaste poli­tique de tests et de masques.” Article origi­nal