Selon lui, les mesures de confi­ne­ment ne sont pas contraires aux droits. Il plaide cepen­dant pour un droit à la cantine pour les plus précaires. Il rappelle que le repas de midi consti­tue “l’es­sen­tiel de la nour­ri­ture” pour certains enfants. Article origi­nal