“Ce à quoi nous assis­tons, c’est au bon vouloir, c’est-à-dire au cas par cas, selon les rela­tions entre l’en­tre­prise et son finan­cier, sa banque.”, regrette Serge Maître, le président de l’AFUB. Article origi­nal