Une situa­tion due notam­ment “à une mécon­nais­sance du droit” explique le secré­ta­riat char­gée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discri­mi­na­tions. Article original