Après près de quatre mois d’épi­dé­mie mondiale, le profil des personnes conta­mi­nées dont le cas peut deve­nir grave devient plus précis chaque jour. Article origi­nal