“Le Soudan était consi­déré comme un modèle fragile, mais celui d’une tran­si­tion négo­ciée entre civils et mili­taires”, explique le cher­cheur qui estime que, s’il “y avait des signes annon­cia­teurs”, personne ne pouvait prévoir un tel scéna­rio. Article original