Confiné pendant trois semaines à partir de fin mars, puis décon­finé en partie, le Ghana fait face à une hausse spec­ta­cu­laire de cas de coro­na­vi­rus tout en prônant les tests en nombre et le traçage des personnes suspec­tées d’in­fec­tion. Article original