Infirmiers, infir­mières et méde­cins ougan­dais se sentent mal proté­gés face à la pandé­mie, redou­tant une infec­tion impor­tante parmi les soignants. Article origi­nal