Selon la CEDH, leur objec­tif était de provo­quer “l’embouteillage, l’en­gor­ge­ment, l’inon­da­tion” de la Cour, de “para­ly­ser son fonc­tion­ne­ment” et “de forcer [sa] porte d’en­trée” pour “faire dérailler le système”. Article original