Que reste-t-il de l’en­goue­ment pour ces hommes et ces femmes qui ont conti­nué à travailler alors que la France se figeait dans le confi­ne­ment au prin­temps dernier ? Article original