En 2015, le rapport du Bureau d’en­quêtes et d’ana­lyses pour la sécu­rité de l’avia­tion civile fran­çais avait conclu que la cause prin­ci­pale de l’ac­ci­dent rési­dait dans la non-acti­va­tion par les pilotes du système anti-givrage des moteurs. Article original