Les auto­ri­tés algé­riennes ont quali­fié le diplo­mate “d’agent de rensei­gne­ment”, le Maroc se dit consterné. Article original