“La vraie crainte c’est qu’il y ait davan­tage de fémi­ni­cides”, déclare aussi la secré­taire d’État à l’Égalité femmes-hommes jeudi sur France Inter. Article original