Les experts ayant travaillé sur cette plainte estiment que les émis­sions attri­buables à la défo­res­ta­tion sous l’ac­tuelle prési­dence brési­lienne cause­ront plus de 180 000 décès supplé­men­taires dans le monde d’ici la fin du siècle. Article original