Ecoles fermées, liai­sons routières inter­rom­pues, admi­nis­tra­tion absente… la région de la Tapoa serait entre les mains des terro­ristes. Article original