“Sur le plan humain, on ne peut infli­ger de telles mesures de sépa­ra­tion plus long­temps”, estime Sophie Boissard dans “Le Figaro”. Article original