Les écarts entre les taux d’ac­ti­vité des femmes et des hommes restent encore trop impor­tants, a averti mercredi l’Organisation inter­na­tio­nale du travail (OIT), qui craint même leur accrois­se­ment dans les prochaines années. Article origi­nal