Mis en place par le gouver­ne­ment, ce numéro a reçu plus de 100 000 appels en un mois et demi. Les récal­ci­trants s’ex­posent à des peines de 3 à 15 ans de prison pour “propa­ga­tion d’une mala­die dange­reuse et conta­gieuse”. Article original