Depuis sept mois main­te­nant, des peuples indi­gènes colom­biens occupent le parc natio­nal de la capi­tale Bogota pour récla­mer l’aide du gouver­ne­ment. Près de 1 700 autoch­tones vivent dans un campe­ment pour dénon­cer la grande préca­rité de leur commu­nauté. Article original