Dans la pêche, l’agri­cul­ture ou les mines, les filles sont victimes d’abus “invi­sibles” dont elles n’osent jamais parler. Article original