La fabri­ca­tion à l’an­cienne du pourpre relève d’une tech­nique quasi secrète. Un passionné tuni­sien du pigment antique, Mohammed Ghassen Nouira, a percé le mystère après des années de travail. Un savoir-faire qui peut rappor­ter gros. Article origi­nal