Six mois après le lance­ment de l’enquête, des sala­riés dénoncent une réduc­tion du temps du nettoyage et le recours à une farine plus sensible aux conta­mi­na­tions. Article original