Jean-Luc Martinez, l’ex-patron du Louvre, savait-il que certains des objets qu’il a contri­bué à faire ache­ter par les Émirats arabes unis étaient issus du pillage archéo­lo­gique ? Cette ques­tion est au cœur d’une enquête à laquelle parti­cipe la justice fran­çaise mais aussi améri­caine. Article original