Cet accès “avec effet immé­diat” fait suite à l’ac­cord de paix signé le 2 novembre, actant une “cessa­tion des hosti­li­tés” dans la région du nord du pays. Article original