En dépit d’une profes­sion qui se préca­rise, avec en prime, la défiance autour, le métier de jour­na­liste suscite encore bien des voca­tions. Et les diffi­cul­tés annon­cées n’entament pas la volonté des nouvelles géné­ra­tions qui voient dans la lutte contre la désin­for­ma­tion un argu­ment supplé­men­taire pour s’engager dans cette voie. Article original